Claudia de Saint Amant

Claudia de Saint Amant

€ Un lieu une histoire en forêt de Ferrière. dans le 77

Un lieu de drague une histoire :

 

Le lieu : Parking en forêt de Ferrière dans le 77.

Situé sur la RD21 intersection avec la RD10

Lieu de rencontre : quelques travesties plus ou moins sexy mais toujours chaudes, beaucoup de gay et bi, rares couples HF. Ambiance en général plutôt cool, se méfier cependant de ceux qui arrivent à plusieurs dans une même voiture. Peu de gens la journée, très fréquenté le soir jusqu'à 2-3 h du mat. La gendarmerie ou la Police en civil passent régulièrement, au moins une fois par soirée : tant mieux, cela calme ceux qui viennent avec de mauvaises intentions. Vous pouvez être contrôlés, mais si vous êtes en règle (et si vous n’êtes pas surpris en train de vous exhiber ou en action) pas de soucis (ne pas se sauver, c'est inutile ça peut paraître suspect). Ne pas polluer le lieu, ne jeter rien par terre (meme s’il n’y a plus de poubelles). A priori ne pas consommer sur place (s'enfoncer au moins un peu dans le bois), mais c’est plus sécurisant, car toujours du monde, c'est mieux que d’aller s’isoler sur un autre parking (conseil donné par un policier lors d’un contrôle). 

 

GoogleMaps

Agrandir le plan

 

Une histoire : Attention très hot âmes sensibles s'abstenir !

 Nuit d'été très chaude, je circule dans mon carrosse (Monospace) dans la région de la forêt de Ferrière. Envie ce soir la de voir différents parkings. Il fait à peine sombre, j'en choisi un au hasard, me gare, d'autres voitures vides y sont aussi stationnées. Il fait très chaud, j'ai envie de prendre l'air en tenue très légère et pourquoi pas avoir une aventure en pleine nature, même si je préfère le confort du lit à l'arrière du carrosse.

 
C'est en tenue vraiment très pute que je m'avance dans le sois bois.  Hauts talons (pas très pratique pour marcher mais bon) Jambes nues bronzées, une petite culotte moulante qui m'écarte bien les deux fesses, donc cul nu, un corset victorien serrant bien ma talle, il s'arrette sous mes seins réels de femmes laissés volontairement à l'air, un tour de cou, des manchettes recouvrant mes bras, épaules nues, et une coiffure blonde. maquillée comme une pute, (lèvres de tailleuse de pipes). Quelques hommes rodent dans les sous bois en quette de rencontres., je suis bien dans un lieu fréquaenté par les homo. Pour ma part ainsi vêtue il est clair qu'ils n'ont pas besoin de me demander ce que je cherche, le contact et aussi plus direct et facilité.
Je repère un petit sentier ou les passages sembles y être fréquents, un gros arbre au pied duquel sont négligemment jetés des détritus de rencontres (capotes sachets de gel klynex) J'épiloguerais pas sur ce sujet ça sert à rien.
 
Alors que je suis adossée à cet arbre, un mec passe, il me regarde, rien qu'a voir son allure c'est un passif, je l'intéresse pas il continue son chemin sans m'adresser la parole. Je sais partout ou je passe je suis une farouche concurrente pour les passif, ils ont parfois un comportement collant, en restant à proximité, il arrive qu'ils me casse des coups, lorsque occupée ils s'invitent à la fête sans y être autorisés, espérant tirer partie de la situation.
 
C'est décidé, pour une partie de ce début de nuit c'est là que je fais la pute gratuite. très prés de la lisière du bois pour pas dire presque à l'entrée, je vois les voitures arriver et partir du parking. une bonne dizaine y sont garées donc il y a asses de monde pour tirer partie du lieu.
 
Un nouvel arrivant s'engage sur le sentier, me vois, marque un temps d'arrêt, me regarde et s'avance sans trop d'hésitation. Souriant il me dit
- waaaw t'est super bandante, j'aime les putes, le peux ? ( Il me passe la main aux fesses)
- Bien sur chéri ! (Je suis pas là pour regarder les étoiles qui brille dans le ciel)
 
Il se colle face à moi, de ces deux mains il caresse mes fesses, il colle sa bouche sur la mienne se qui se traduit par un roulage de pelle des plus exquis, jeux de langue etc... (Il est bien ce mec débordant de tendresse il m'excite gravement) Dans de telles circonstances je ne suis pas inactive loin de la, mes mains glissent sous son survetement que je fais glisser vers le bas de ces jambes puis sur son sexe. Il bande déjà très dur. Sans mots dire, caresses roulage de pelles, l'excitation monte. Ces mains caressent mes seins j'aime beaucoup ça, j'en profite pour m'accroupir, et porter son noeud à ma bouche. Tout en douceur je l'introduit avec lenteur jusqu'au fond de ma gorge. Quelques vas et vient lents, en m'attardant sur le noeud, l'excite gravement. c'est un bon calibre bien raide. Il est très propre et sent bon, je m'applique à bien le pomper, enserrant bien le noeud à chaque passage. Il me titille fortement les tétons, et l'éffet ne tarde pas à se faire sentir, ça m'excite au point de me retrouver totalement soumise à mon amant sans plus rien contrôler. c'est encore plus goulument que je m'attarde sur son dard, son érection et très forte, agrémenté de spasmes qui se rapprochent de plus en plus. Il veut surement faire durer le plaisir, il m'invite a me redresser, et c'est reparti pour une séance de bouche à bouche très charnelle (Ce mec et d'une tendresse ... j'ai vraiment envie de faire durer le plaisir). L'air ambiant est chaud je me sens très bien et une forte envie de profiter un maximum de ce début de nuit.
 
Dans les parages d'autres hommes assistent au spectacle, certains pantalon baisser, queue en main ils se masturbe. Combien je sais pas, et ça m'est égal, je suis bien, je laisse mon amant faire et si besoin est diriger les opérations, il m'a conquise et soumise à ces désirs, non pas par domination, mais par sa tendresse et son savoir faire, il est mon maître de l'instant présent. Comme quoi en amour bien des choses sont possibles !
 
Je perçois furtivement trois mecs très près de nous, d'un geste mon maître les invite à se rapprocher. Des mains parcourent mes fesses, d'autres mes seins, d'autres caressent les épaules nues, c'est divine de tendresse et combien excitant. Mon maître me titille le bout des tétons, je ni tiens  plus, je tortille mes fesses, les cambres, m'écarte un peu de l'arbre pour les offrir à qui en veut. L'un des 3 mecs passe derrière moi, fait glisser ma culotte en bas de mes chevilles, glisse son noeud dans la raie de mes fesses, le frotte ainsi passant sur ma rosette parée à toute pénétration (enduite de gel).
De ces deux bras il nous encercle mon maître et moi, presse son dard sur mon anus, et tout en douceur d'une lente poussée il l'introduit en moi, en nous enserrant plus fort, il le pousse jusqu'à la garde. Waaww quel plaisir ainsi prise et soumise ! Les vas et viens de mon enculeur se font plus vigoureux et rapides, je le sens bien, j'en gémie de plaisir, mes jambes en tremblent, je contracte mon fourreau anal, me rendant complice de cette sodomie. L'effet ne tarde pas à ce faire ressentir, le mec commence à grogner même très fortement, je l'invite par mes mots à se lâcher totalement dans mes entrailles, ce qu'il ne se prive pas de faire. Dard enfoncé jusqu'à la garde, bloqué par mon une forte contraction anale, ses spasmes s'accompagnent de giclées de foutre chaud. Il se retire, laissant échapper un peu de sperme sur mes cuisses, heum j'aime être ainsi souillée de jus !
Il s'écarte, le spectacle n'ayant fait qu'exciter de plus belle les deux autres, sans poser de questions l'un d'eux prend directement place derrière moi. Même épisode, que le précédent, lui aussi me saillie et me remplie de son foutre chaud laissant place au troisième.
 
Ou là le troisième ! J'avais pas très bien vue sa queue mais je l'ai sentie passée ! Une grosse bite bien dure, et longue. Je peux me prendre précautionneusement un diamètre de 62 millimètres réels et 20 à 21 bons centimètres en longueur au delà ça fait mal  et de toute façon c'est aussi très rare. Celui là n'en est surement pas loin ! Donc doucement chéri je veux du plaisir et non de la défonce de cul. Oups la surprise de l'introduction passée, c'est très bon. Le mec à compris il y vas avec douceur, et le plaisir est au rendez vous, y compris mes contractions anales pour un ressenti accru des pénétrations par mon partenaire. En toute complicité et cohésion à chaque poussée je resserre mon fourreau. L'excitation des scènes précédentes, mon savoir faire, il n'y tiens plus ! Wouaww ce sont les grandes eaux ! C'est une impressionnante quantité de foutre qui m'envahie le ventre. A la sortie de son pieux là sa dégouline abondamment sur mes cuisses, il est vrais que pistonnée par un aussi gros calibre à aussi favoriser le débordement des deux éjaculations précédentes.
 
Mon maître qui ne voulait pas être en laisser pour compte passe à son tour derrière moi. Il me complimente pour ma docilité, me traite de chienne et de bonne salope à jus, et me dit se délecter de planter sa queue dans un cul lubrifié à souhait au sperme. J'ai alors compris ce qu'il attendait de notre rencontre à cet endroit. Alors qu'il me prenait en pinçant fortement mes tétons (Il connait mon point faible)  deux autres mecs s'était rapprochés et comme toujours pantalons baissés et masturbation. Comme les deux premiers mon amant se soulage en moi, se retire et nous échangeons quelques mots de cul bien sur un peu très hot même, chut je n'en dis rien maintenant. Je luis fait par que je passe la nuit à dormir dans mon carrosse  sur le lieu cité ci dessus, j'y serais jusqu'à vers les 10 heures du matin. Il me promet d'y passer vers les 8 heures avec une surprise, il ne m'en dit pas plus, mais nos propos hots précédents me laissent supposée de quoi il peut s'agir. Je verrais bien, des promesses et faux rendez-vous j'en ai l'habitude donc à voir.
Il prend congé au terme d'une bonne pelle ou nos langues se mélangent, et m'abandonne à la compagnie des deux autres mecs.
Scène à trois, caresses, titillage de tétons, etc ... Ces deux la je décide de les pomper à fond. En experte que je suis l'un après l'autre je m'empare de leur bite que je pompe goûlument en jouant avec leur noeud, à tour de rôle ils se masturbent et je pompe, Les deux finissent par vider leur jus en même temps dans ma boche, un instant je m'en gargarise, en laisse échapper un peu au coin des lèvres et je finie par tout avaler.
 
Un peux plus de trois heures passées là très contente, je rejoins tranquillement mon carrosse sans avoir pris la peine de remettre ma culotte moulante, et le cul toujours dégoulinant de sperme. Je me détend un peux en m'exhibant sur le sentier à l'entrée du bois, ça me fait un peu d'exercice j'en avais besoin. Quelques voitures sont encore garées sur le parking mais les mecs doivent s'occuper plus loin dans le bois. J'entre dans mon carrosse, équipée pour une bonne toilette intime je me fais un bon lavement, raffraichissement à l'eau de Cologne, retouches au maquillage surtout les lèvres. Moteur en route je m'offre un tours de voiture vitre ouvertes, toujours dans la même tenue, poitrine féminine bien visible. J'ai quand même remis ma culotte moulante et par dessus une très mini jupe noire. Et je rejoint le parking ci dessus. Je me gare à l'emplacement habituel, moteur couper, lumières coupées, je profite de la pénombre, et de la chaleur estivale pour une petite balade à pied. Mes talons hauts sur les quels sont juchées mes longues jambes nues, claquent sur le goudron. J'aire en jouant la putes, à chaque pas mes jambes se posent bien l'une devant l'autre, mon cul chaloupe. Chaque véhicule qui viens tourner sur ce parking viens de ces phares faire profiter de la scène leur conducteur, et d'autres garés pas loin. Hé oui jouer la pute j'adore, et quand on aime ça, on s'en passe plus. Hé au combien je préfère ce type de sorties à un rendez-vous en particulier, aussi depuis bien longtemps je n'en accepte plus. Pourquoi passerais je 3 heures à m'apprêter pour un rendez-vous d'ailleurs très incertains, alors que là sur un lieu de drague je me fais toujours tringler par entre 4 à 5 mecs et c'est aller jusqu'à onze en une nuit. Faut aller chercher le plaisir ou il est ! C'est tellement plus simple.
 
Bon sur ces faits, je vais faire une pose. Totalement allongée sur mon couchage spacieux (2X1,20 mètre un vrais lit) sur le ventre, un oreiller sous le bassin pour rehausser mon cul, mini jupe virée donc fesses à l'air, cul bien enduit de gel, porte passager arrière du carrosse 3/4 ouverte, j'attend. Comme j'annonce toujours assès longtemps à l'avance ma venue en un lieu il est des habitués qui ne rate pas l'occasion de venir me visiter. ils connaissent mes habitudes, aussi comment j'aime me faire enculer nature, c'est surement pour ça qu'ils reviennent. Pa besoin de discours, porte ouverte ils peuvent monter direct et passer à l'action, porte fermée il frappent au carreaux, si ok j'ouvre. Vola c'est simple même pas besoin de rendez-vous il suffit de passer.
Une partie de la nuit c'est ainsi poursuivie, j'ai eu trois visiteurs connus, pour me sodomiser. Vers les 2 heures du matin j'ai fermé la porte, verrouiller, et toujours allongée recouverte d'une coihete mais le cul toujours prêt à l'emploie, c'est parti pour un bon somme réparateur. Si je compte bien j'en suis à 7 sodomies et 2 pipes soit un total de 9 rencontres, c'est une très bonne sortie. Mais le réveil ne s'annonce t'il pas prometteur avec mon maître d'hier soir s'il passe ? ho que si !
 
sept heure trente il fait déjà un peu chaud, rafraîchissement eau de Cologne, désodorisation du carrosse, lavage intime, gel, cul en évidence offert, je suis prête pour un bon réveil crapuleux, j'ouvre la porte en signe de disponibilité et d'invitation à monter à qui veux bien. Attention toute fois je suis aux aguets et il m'est arrivée de virer des mecs inconvenants du carrosse.
Je prolonge ma nuit en demie sommeil un oeuil entre ouvert.
 
huit heures ! Ou là quelle surprise, alors là s'en est une et de taille !  Je vois monter dans le carrosse un molosse de toutou genre Malinois, qui s'empresse de venir me faire des lèchouilles partout ou ma peau est apparente, y compris sur la bouche. Le maître bien sur n'est pas loin et reluque la scène sur le pas de la porte.
- Ha tu vois je t'avais dit que t'aurais une surprise !
- Ha oui je vois je ne m'attendais pas tout à fait à ça bien que j'y avais un peu pensé en référence à nos propos hots. (Je vois maintenant ce qui m'attend)
 
Pour des raisons évidentes de discrétion je passe au volant du carrosse et je me dirige vers un parking tout en bord de route plus touristique et ou des routiers font aussi leur pose. Un véhicule garé ainsi au milieux d'autre hors lieu de rencontre et plus discret. Retours à l'arrière je rejoins le gros toutou toujours entreprenant et son maître, rideaux tirés, pas de visibilité de l'extérieur. il est vrais que déjà les vitres sont sur tintées noires, mais deux précautions valent mieux qu'une. Faire connaissance avec un toutou et son maître, papoter zo, raconter des histoires zo, n'est pas interdit mais les relations zo le sont maintenant depuis quelques années. Alors histoire ou vécu, réel ou imaginaire ? je vous le dirais pas.
 
Ma tête tourne, je me vois déjà entrain de me faire saillir, je sais que la bite de Rex va entrer sans problème. Je me suis déjà faite fourrée par quelques grosse bites et je peux passer un good rigide de 62 millimètres de diamètre. Le problème avec un toutou n'est de toute façon pas la taille de la bite mais celui de son knot lorsque il est verrouillé. Normalement supérieur à mes 60 mm de diamètre acceptable le sien peut aller jusqu'à 80 mm, ça fait vraiment gros, si c'est la garantie d'un bon verrouillage et de sensations fortes, c'est aussi celui de devoir attendre l'office complet du toutou pour qu'il dégonfle avant expulsion de mon orifice annal sans douleur, et désagrément pour lui et moi. 

Excitée, tremblante d'émotion et de crainte maintenant je veux sa bite, je la veux en moi ! Je veux cette saillie ! Je m'installe à genoux, le cul bien en l'air , pour m'offrir au maximum. Je me sens une vraie chienne en chaleur. Rex qui est d'après son maître très habitué, me monte sur le dos, me chope part les hanches avec ses pattes avants et me maintient fermement. J'adore ça fermeté, il me domine, je me sens déjà prise.
Il place sa bite, sortis de son fourreau et qui a pris un peu de volume, entre mes fesses. Il s'ajuste à l'entrée de mon anus, guidé par son maître il pousse en une seule fois ça bite au fonds de mon ventre. Il me chevauche avec brutalité par de très rapides vas et viens. Du sperme s'écoule de son sexe pour bien lubrifié mon orifice. Sa queue est chaude, je la sens gonfler et aller plus profond à chaque aller et retour.
Il se bloque en moi, une boule gonfle à l'intérieur de mon fourreau annal nous sommes maintenant collés l'un a l'autre. Je sens bien la queue de Rex qui gicle tous son jus. Je suis vraiment heureuse d'être là,a genoux le cul en l'air, entrain de me faire remplir le ventre par un toutou, je ne peux ce matin avoir une plus belle surprise. Je ne sais pas trop combien de temps il va me sauter ainsi, mais je sens chaque contactions de sa verge à l'intérieur de mon cul lorsqu'il envois une giclée de son jus, j'en éprouve un plaisir intense et incomparable, les spasme du toutou, une grosse boule bloquée en moi, c'est sans nom !

Mais c'est bien une dizaine de minutes plus tard qu'il pousse plus fort  comme pour entrer plus loin ça queue, son knot a encore gonflé, cette fois impossible de m'en défaire il est bel et bien verrouillé prisonnier de mon anus et moi de lui. Même si je voulais l'éjecter ce serait mission impossible sans atroces douleurs donc plus qu'a patienter et attendre la suite des événements.  Il pousse de petits couinements, s'accroche plus fort à mes hanches, contracte tous son corps, et là, c'est dans un plaisir intense que je sens tous son foutre chaud se déversé en moi. Il se vide les couilles par saccade à ne plus en finir. Je sens l'intérieur de mon ventre se gonfler.

Je compte pas le temps ainsi passé, je profite de chaque minutes, secondes qui passe, pour jouir au maximum de cette divine saillie.
Il se détend et se laisse retomber sur mon dos, la tête sur mon épaule, la langue sortie, à peine sorti de sa jouissance et moi de la mienne, il  lèche  la sueur de mon visage. J'ouvre la bouche et sors ma langue. Il me pénètre la bouche de sa langue, je la reçois et roule ma langue autour de la sienne. Je suis heureuse, je me sens vraiment sa femelle. Il faut que je pense à remercier son maître.
C'est a ce moment que sa queue sort seule de moi. Je suis impressionnée par le jus qui en coule, mon entre jambe, en est tout inondé, moi qui aime ça, là je suis servie comme jamais je ne l'ai été y compris par plusieurs éjaculations de mecs, et pourtant j'en ai pris des giglées de jus successives dans le cul !
Rex est couché sur le coté, il se nettoie la bite a coups de langue. Je m'approche, lui prend la bite de la bouche et l'enfourne dans la mienne. Je suce sa queue qui débande progressivement et avale les dernières gouttes de son jus, il a bon goût. Je lui caresse les couilles et le suce pour le remercier du bonheur qu'il  vient de me donner. Sa langue nettoie mon anus. Nous sommes en 69 de nettoyage.
 
Le maître très excité par cette scène ne veux pas en rester la, il me fait allongée sur le ventre, deux oreillers calés sous mes hanches, le cul ainsi bien exposé à la porté de sa bite. Il l'enfourne dans mon cul don l'intérieur et encore plein de sperme de son toutou, j'entend des flocs flocs  à chaque vas et viens, (il aime vraiment ça ce mec, baiser dans le jus !) je m'en réjouie car moi aussi sa me plait. Je prend ainsi grand plaisir à me faire enculer, et comme je le fais très souvent si bien, en parfaite cohésion je prodigue à son dard de fortes contractions annales chaque fois qu'il le pousse au fond. L'effet ne tarde pas à se faire attendre. Il se plante totalement en moi, je ressent les spasme de son sexe déverser son jus dans mes entrailles c'est chaud, c'est bon. Il se retire, tout comme son toutou lèche le sperme sorti de mon cul, je pousse pour lui en donner plus et évacuer tant le sien que celui restant du toutou, puis il viens me rouler une pelle magistrale, le jus passe de bouche en bouche (Enfin le mélange de jus celui du toutou très épais et le sien) Aller je suis pas partageuse j'avale tout ce qu'il me donne. En fait çà a bon goût.
 
La dessus accalmie réparatrice, un peu de bla bla je reconduis Rex et son maître sur notre lieu de rencontre et qui sait peut être nous reverrons nous ?
 
Tu veux du sexe bouge, vas ou ça se passe ! C'est pas compliqué pour me rencontrer et passer de bons moments passe ou je suis quand j'y suis c'est toujours annoncé à l'accueil de ce blog . Après tout un menu d'après toi c'est fait pour quoi ? alors si t'a fin de sexe viens te vider les couilles sans retenue ! Et c'est gratuit.
 
 
 (Partie de texte zo issue du net adaptée par Claudia de saint amant)


30/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 727 autres membres