Claudia de Saint Amant

 
Claudia de Saint Amant

€ Récit Sortie en escort T-Girls

Le Jeudi 19 et Vendredi 20 Février 2010

 c'est à la demande d'une copine travesti que j'ai préparé et réaliser cette sortie Parisienne.

Au programme:
Jeudi : Départ de Chez moi Jeudi 14 heures.
Nuit au bois de Boulogne

Vendredi : Le matin dodo récupération
De 12 h à 20 h Sauna Atlantide (près de la gare de Lyon).
De 22 h 2 h du matin Soirée à la MDT (Maison du travesti près de la place Clichy)
3 h à 5 h Petit détours par le bois de Boulogne Puis sortie de Paris et récup jusqu'à 9-10 heures, et retours dans le 51.

Voila une sortie chargée 48 heures en travestie, faut bien gérer les temps de repos pour tenir physiquement le voyage.

J'abrège sur les Préparatifs habituels et le trajet de chez moi à Paris qui ce sont bien passés.

 

Épisode N° 1 : Le Bois de Boulogne.

Arrivée au bois de Boulogne comme d'habitude c'est rue de Suresnes que je stationne. Un tour de repérage, je me gare à l'écart d'une pro qui y vent ces « charmes ». De temps en temps je me déplace après le rond point de cette rue histoire de réchauffer l'habitacle du véhicule. A l'arrière le lit et accessoires d'hygiène tout est prêt pour une ou plusieurs parties de plaisir en duo ou trio voir plus. Il est tôt c'est plus calme qu'habituellement. Pas beaucoup de voitures qui passent et repassent. Par contre un nombre plus important d'hommes proposent leur service. Le coin des homos, rien, vide, pas âme qui vive.

Un habitué qui chaque fois que je viens au bois ne rate pas l'occasion de venir me voir, enfin pas que me voir. Il suit attentivement mon programme de sortie sur ce blog. Comme chaque fois il connaît mon véhicule se gare directement sans hésiter à proximité et viens à la porte arrière. Pas besoin de blabla nous nous connaissons. Je l'invite à s'installer, et se mètre à son aise. Ma copine le rejoint à l'arrière sur le couchage. Quelques préliminaires presque inutiles puisque sa queue est déjà bien raide. Une queue dans la bonne moyenne suffisamment longue et grosse pour hem ! Prendre du plaisir. Ma protégée du jour commence à le sucer. Je passe de la place avant à mon tour à l'arrière, verrouille les portes, ajuste le rideau, bref tout ce qu'il faut pour être abrité des regards extérieur. Avant de passer à l'attaque je m'enduis bien l'anus de gel, un bon lavement ayant été fait avant de partir c'est clin et pas d'odeurs désagréables. Pendant que la copine continue à le sucer, je commence à lui caresser les tétons et le ventre, une main glisse sur ces testicules. Il est de plus en plus excité et moi aussi. J'ai terriblement envie de cette queue que je connais bien. La copine me laisse la place et m'invite à prendre le relais. Nous changeons donc de places. Elle sur le siège arrière et moi sur le couchage aux côtés, non plutôt sur notre male. Je le suce quelques minutes, par de longs vas et viens de sa queue dans ma bouche, l'enfonçant presque entièrement. Bon on va passer à autre chose. Un genou de chaque côté de son corps, (Il est couché sur le dos) je lui fais face, et pose mes fesses sur son sexe. De quelques mouvements d'avant en arrière je lui masse bien la queue qui glisse bien entre mes fesses bien lubrifiées. J'aime bien cette position qui me permet durant un certain temps de biens maitriser mes mouvements. Ou là, il bande très fort, sa queue me pénètre facilement pas besoin de mètre la main pour la guider. Je remonte et redescend lentement pour chaque fois bien sentir ce membre bien raide s'introduire en moi. Il entreprend de me titiller les tétons, rien de tel pour me rendre folle. J'accélère le mouvement en m'empalant chaque fois bien à fond sur ça queue marquant même un temps d'arrêt comme si je voulais aussi faire entrer en moi ces couilles. Je sens qui veut accélérer le mouvement je le laisse prendre l'initiative d'y aller a son rythme. Je sens en moi son sexe devenir par saccades, très dur, il est presque prêt à jouir. Chaque fois qu'il pousse son sexe dans mes entrailles j'en profite pour moi aussi pour m'asseoir dessus, de mes deux mains j'écarte mes fesses pour le prendre à chaque fois plus profondément, et resserre mon fourreau anal à chaque remontée. Un traitement qui ne tarde pas à porter ces fruits. Quelques pénétrations plus appuies de sa part, et plus rapide, les mouvements devenus très rapides des râles de plaisir sortant de sa bouche, il reste planté, bien encré au fond de moi, je sens les spasmes de sa queue, et son foutre bien chaud qui m'envahi. Après une bonne minute ainsi empalée, je remonte lentement en serrant bien mon anus et redescend pour lui soutirer les dernières goutes de son jus, Je sais qu'il joui abondamment, j'en profite. Il m'a bien inondée, j'adore baiser avec cet homme. J'espère le revoir lors de mon prochain passage Au bois de Boulogne. Je conserve en moi son jus, espérant en prendre encore quelques bonnes giclées. Je ne m'attarde pas sur le nettoyage de son sexe et l'au revoir.

Il nous quitte, on reprend nos places en place avant, et attendons le prochain amateur de baise. Le secteur est très calme, quelques voitures passent sans ralentir, j'ai pourtant bien remis en route mes feux de détresse. (Les effets de la crise semblent bien se faire ressentir ici aussi).

Les homos qui tapinent sont toujours là et n'ont pas de clients, ils ne sont pas agressif mais gênants et de plus en plus nombreux. Je décide de bouger un peu, sa va réchauffer l'habitacle, faute d'autre chose. Je me gare à l'autre extrémité de la rue, vu que la place n'est occupée par personne et rien dans les parages. C'est là que les voitures viennent faire demi-tours donc un bon endroit. Une voiture se gare un mec en descend, on échange quelques mots à la portière, il est invité à monter à l'arrière. Bon cette fois je laisse la copine s'en occuper un moment, des fois qu'un autre arrive ; ne voyant rien venir je passe à mon tour à l'arrière. Celui la, à tours de rôle on la sucer, il nous à prises en levrette mais il bandait mou, et n'arrivait pas à éjacule, ce petit jeu à durer deux bonnes heures sans plus de résultats, Bon ça sent le mec plus très frais, qui avait trouvé à se soulager au préalable.

Il est deux où trois heures du matin je ne sais pas trop et ce n'est pas ma préoccupation. Mais nous sommes quand même un peu fatiguées. La copine reste à l'arrière et pique un somme sur le couchage. J'en profite pour faire un tour et reviens me garer au même endroit. J'y suis pas depuis dix minutes, voila qu'un monospace rouge bordeaux ce pointe, au volant une travestie pro du coin, qui sans formule de politesse m'intime de dégager, « c'est ma place dégage ». Ok avec le sourire, et courtoisement pour ne pas faire monter la mayonnaise, je lui dis :

- Je vais partir, je me suis mise la parce qu'il y avait personne. Sa la calme pas pour autant :

- Dégage j'étais retenue au commissariat jusqu'à une heure du matin. (Tien de toute la nuit je n'ai même pas vu un seul véhicule de Police)

Désolée pour toi chérie, je te laisse la place, tu pourrais le dire plus gentiment, j'ai compris.

Bon tien elle esquisse quand même un sourire.

Hé bé j'ai à plusieurs occasion été invitée à laisser la place à une pro mais quand même plus courtoisement. Sur ces faits je vais reluquer un peu dans l'allée ou sont cantonnées les transsexuels, je constate qu'il y en à plus beaucoup moins que les autres fois à la même heure, et idem pour les véhicules qui tournent.

C'est une nuit donc pas très bonne. Je décide de me garer rue de Suresnes et d'y dormir, on verra l'ambiance du secteur dans la matinée. Avec la copine bien callée l'une contre l'autre, on s'endort paisiblement, bien couvertes. Il est vers les quatre heures du matin. Notre nuit au bois n'as pas été bien formidable.

Il est environs neuf heures, on fait surface après un bon sommeil réparateur. Je décide de faire un petit aller et retours de la rue en reconnaissance et pour réchauffer l'habitacle. Des travesties sont installées au volant de leur fourgon vers le rond point, trois ou quatre je crois.

Dans le haut de la rue, vers la porte Dauphine, ma place est prise, les Parisiens qui vont au travail viennent garer leur voiture là et prennent le métro. Je trouve une place un peu plus bas vers le rond point face aux fourgons des travesties. Sa me plait pas trop mais bon on verra bien. Pour satisfaire un besoin naturel et vu le public qui passe, j'enfile mon survêtement ôte ma perruque et je vais me soulager dans le bois. La copine qui elle ne c'est pas changer en fait autant ce qui ne manque pas d'attirer l'attention des dames d'en face. Celle du premier fourgon vas voir celle du second et du troisième, qui sont plus éloignés, c'est à deux qu'elles traversent la rue et les voilà qui vienne d'un pas décidé et guerrier dans notre direction. Je fais remarquer à ma protégée que l'on va avoir de la visite. Je laisse venir. La blonde, très corpulente tout de rouge vêtue, chaussée de cuissardes, s'adresse à nous :

Dégagez ici c'est notre secteur !!! (Celle là risque pas de passer inaperçue)

(Tien j'ai déjà entendu ça y pas très longtemps).

La petite brune regarde et ne dis rien.

Toujours courtoisement et souriante, j'explique que je me suis mise là faute d'autre place, et comme je n'ai pas l'intention de bouger, je luis dis que je suis garée là pour faire un brin de toilette, avant d'aller dans un sauna, qu'on vient de passer la nuit un peu plus haut à dormir. Malgré ça elle persiste toujours à me dire de dégager.

Ici c'est notre secteur celui des Françaises et des Portugaises, on ne veut laisser personne d'autre venir s'y installer.

Avec le sourire je lui dis :

- Nous sommes françaises, et nous sommes garées là sur la voie publique. (De plus nous sommes en plein jour sur une rue très passantes donc le danger de violences et quand même limité) La Petite brune plus sympathique:

- Jai compris ce qui se passe, en ce moment on est toutes sur le pied de guerre faute de clients, donc très nerveuses.

La grande blonde dont le vocabulaire est asses restreint semble cette fois avoir compris que je ne bougerais pas. Du coup presque toujours sur le même ton :

- Que je ne vous vois pas chargé un client, sinon on viens acec ce qu'il fau !!! Sa fait vingt temps que je suis là et je ne vais pas me laisser faire par des travesties d'opérette.

(Vingt ans qu'elle tapine, pas besoin de le dire ça se voit)

Je connais cet endroit moi aussi depuis une vingtaine d'années y viens occasionnellement L'endroit semble avoir bien changé.

Voilà nos aimables visiteuses reparties à leur occupation principale attendre un bon samaritain pour lui piquer quelques euros, et s'en débarrasser au plus vite. Pour lui faire l'amour j'en doute, moi ou mes copines, on prend le temps de prendre et donner du plaisir, rien à voir avec ces pratiques. En fait c'est vrai, de toute la matinée pas vue un seul homme monter dans leur fourgon.

Merde tien voilà justement un des habitués que je connais bien, il se gare direct devant moi, et bien sur viens directement à la portière. Ou lala sa tombe vraiment très mal. Hé bé si on l'accepte sa va déclencher une tempête. Solution, lui donner rendez-vous plus loin. Mais bon j'ai besoin de faire une toilette plus approfondie, ci vous voyer ce que je veux dire, ce que je vais faire en arrivant au sauna. Je lui dis :

- Désolé on part.

On se met en route direction le quartier de la gare de Lyon. Pour aller au sauna Atlantide.

 

Episode N° 2 : Au Sauna Atlantide.

Voiture au parking à proximité du sauna, un peu plus de 12 heures il vient d'ouvrir, la direction nous accueille très aimablement, (j'avais passé une annonce sur leur site pour les aviser de notre venue). Clef du placard, serviette, et nous voila au vestiaire. Retouche à la tenue et direction les toilettes, entre autre un bon lavement pour être clin le moment venu. (J'avais encore en moi le sperme de la rencontre de la veille, ressortit intact dans les WC). Un petit tour de repérage me permet de constater que nous sommes une dizaine de travesties présentes, et déjà quelques males s'affaire. Pour moi et ma copine c'est direction le bar pour boire un bon café bien sucré, histoire de calmer un peu l'estomac. Un couple est aussi présent. Je m'installe dans une cabine en attendant. Ma copine fait un tour complet de l'établissement, une petite heure se passe, elle vient me rejoindre pour m'annoncer qu'elle c'est faite baiser au sous sol et que c'est très chaud. Alors direction le sous sol dans la pièce sombre, ou la un attroupement y est présent, je me glisse dans le fond de la pièce, au passage des mains me caressent les fesses, je n'y suis pas insensible, et je remonte ma mini-jupe.

Je me penche direct en avant pour prendre en bouche une queue qui n'attend que ça. La copine et à nouveau affairée à l'entrée de la pièce. Le coin est vraiment chaud même très chaud. Frustrée de la nuit dernière j'espère bien me rattraper ici. J'ai vraiment envie de sucer, et me faire baiser, la en ce moment je suis une vraie chienne en chaleur. Je m'attaque donc à ma première fellation faite dans les règles de l'art, ce male ne tarde pas à m'envoyer sa purée bien au fond de la gorge. J'avale direct, sa me manquait. Et comme toujours tout en douceur, je le suce pour en extraire les dernières goutes et lui rendre un objet bien propre. Pendant plus de deux heures sa continue, caresses, titillement des seins, tripotage de fesses, doigts dans l'anus, même mon clito y a droit. Je rencontre une bite bien dure et de bonne taille, le mec est adossé au mur, et il me pelote les fesses, ce qui laisse entendre ce qu'il veut. Ni une ni deux je me retourne, prend sa queue d'une main et la présente en face mon trou, que j'avais au préalable bien enduit de gel. Pas de signe de contestation, je me pousse en arrière. Voila un bel objet introduit en moi. Le mec ne bouge pas, il me laisse diriger les mouvements à ma guis, j'en profite plus qu'un peu. Des vas et viens lents en serrant bien l'anus, son dard sortant entièrement puis ré- entrant bien à fond, Lorsqu'il est bien au fond, encré en moi je lui masse la queue en faisant des contraction de mon fourreau anal. Il à l'air d'apprécier, il m'enserre de plus belle en me tenant les hanches. Ce petit manège se poursuit, je râle de plaisir. Un autre mec voyant la scène, se met à me titiller très fortement le bout des seins. Une bite dans le cul, et la pointe des tétons bien titillé, la je deviens folle, folle d'amour, folle de bites, folle de jus. La queue d'un autre mec est la plantée en face de moi, j'ai qu'a me pencher en avant pour la prendre en bouche. Le mec derrière moi qui à tout de suite compris la situation, tient fortement mes hanches et m'encule cette fois violement, il y a toujours un mec qui s'occupe de mes tétons, il est assis sur le banc en fond de salle, le mec qui me baise adossé au mur sur le côté, et face à moi le mec que je pompe. De partout les choses s'accélèrent, et se qui doit arriver arrive. Je prends une bonne rasade de sperme en pleine bouche, il y en a beaucoup, aussi je prends plaisir à le garder en bouche, l'étaler sur la queue du male, et le reprendre en bouche, ce spectacle en excite plus d'un. Je fini par tout avaler et comme toujours sucer jusqu'à la dernière goute. Une autre queue et la disponible et sans que je face quoi que ce soit se présente à ma bouche. J'entreprends donc une nouvelle fellation, alors que le mec qui m'encule, commence à pousser quelques râles de plaisir. Je le sens venir, alors qu'i est en moi bien à fond, un jet de liquide bien chaud m'envahi le bas ventre. Il se retire doucement, je contracte bien mon anus, il me pénètre à nouveau, il fini ainsi de déverser dans mes entrailles toute sa semence. Voila plus de deux bonnes heures que je suis la, j'ai besoin de faire une pose. Je m'extirpe tant bien que mal de cette pièce en faisant bien attention de ne pas planter mes talons sur un pied. Ha je ne vous l'ai pas encore dit : Je suis vêtue, chaussures à talon hauts, bas noir auto-fixant, mini jupe noire, string noir et teeshirt noir, suis en blonde. Je vais un moment me détendre dans la salle de télé ou un filme porno est en cours de diffusion. Puis une demi-heure plus tard, je me glisse dans la cabine à côté de la pièce télé. Je pique un petit somme laissant la porte ouverte en cas d'agréable réveil. C'est la copine qui passe par la et vient aussi s'accorder une petite pose. Il n'est pas très tard, il est environs 16 heures, pose terminée on décide d'aller reprendre un café. Pas grand chose se passe aux environs de la cabine sauna, donc direction la pièce du bas. Petit tour aux toilettes en passant, j'ai encore le cul rempli de sperme que je conserve, mon fourreau anal ainsi bien lubrifié, je m'enduis de gel l'entrée de l'anus, pour bien facilité une éventuelle nouvelle pénétration. Bien plus agréable pour tout le monde quand sa glisse bien surtout pour les bites de bonne taille

Me revoilà dans la pièce sombre, toujours occupée par une dizaine de mecs et une autre travestie qui semble bien entreprise. Je me place à proximité, elle a un beau clito que je m'empresse de lui sucer, les mains des mecs se baladent un peu partout, y compris sur mes fesse. Je me redresse, un mec m'attire vers le fond de la pièce, s'assoie sur la banquette, je me mets genoux à terre et commence une fellation, il entreprend le bout de mes tétons, ou la sa me fait encore une fois un super plaisir. Me voyant très excitée il me dit :

- Je peu te prendre, assied toi sur ma queue.

Pas besoin de me le dire deux fois. Une queue de 22 cm et un 5,5 de large ne se refuse pas. De mes deux mains j'ai bien écarté mes fesses, et tout doucement je me suis empalée sur ce pieu. En deux ou trois vas et vient, c'est les 22 cm que j'ai pris dans le cul. Le mec m'as prise par les hanches pour me faire monter et descendre à son rythme. Un autre mec et venu se positionner genoux a terre devant moi et s'en est pris à mon clito, un troisième placé sur le coté c'est occupé de mes tétons. La vraiment tout ce que j'aime en même temps. Waw quel pied, cette situation à bien durée une bonne vingtaine de minutes. La queue de 22 cm du mec me ramone bien, j'ai le cul bien ouvert, à chaque descente je la sens introduite en moi jusqu'à la garde, elle cogne au fond de mon bas ventre. Je joui, je râle de plaisir, je n'en peu plus, mon clito est lui aussi bien raide, je sens le jus venir, je suis aussi prête à jouir de ce côté la. Je me retiens avec beaucoup de difficultés pour faire durer le plus longtemps possible cette situation d'intense jouissance, le mec qui me titille le bout des seins me le pince très fort, sa me fait mal, mais quel pied ce mélange de douleur, et de douceur. Un quatrième mec approche sa queue de ma bouche, sans hésiter un seconde je la prends. Je l'enfonce jusqu'au fond de la gorge, ce qui excite vraiment le mec, il me prend la nuque, et rythme les mouvements à sa guise, dans un tel état, je me laisse faire, je suis là soumise aux plaisirs de quatre mecs. Je suis totalement impuissante. Je me prends tout à coup une bonne giclée de sperme en fond de gorge, que j'avale direct, je l'ai même pas senti venir celui la tellement je suis dans les vaps. Il se retire un peu, et le reste de son foutre dégouline sur mes lèvres et le long de mon menton. Je n'en peu plus je me lâche complètement, à mon tours j'envoie ma purée dans la bouche du mec qui m'administre une fellation. Je suis vannée, Je me retire du pieu qui m'a copieusement défoncé le cul. Je passe aux toilettes et remonte dans une cabine du haut. Une petite heure ce passe, le mec aux 22 cm, vient dans la cabine, je le suce un peu et me dit qu'il veut me reprendre et jouir. Il me fait d'abord mètre en levrette et me pénètre sans ménagement, ces couilles cogne contre mes fesses, à chaque vas et viens il ressort totalement sa queue, et la réintroduit bien a fond. Puis il me demande de changer de position. Je me mets sur le dos, les jambes sur ces épaules le cul bien relevé, et enfile en moi son pieu. Dans cette position, je le sens cogner plus fort dans mes entrailles, le mec accélère la cadence, puis se plante bien au fond, et de quelques vas et viens courts, lâche en moi son jus. Il sort son dard, et de la bouche lui fait un brin de toilette. Il quitte la cabine, je reste là sereine, satisfaite comme une chienne bien remplie, les fesses dégoulinantes de sperme. Je suis redescendue en bas, et me suis faite prendre pour la quatrième fois, et une fellation bien juteuse à rajouter à mon actif. Voila un passage en ce lieu, dont je me souviendrais. Travesties ou hommes et couples, je vous recommande ce sauna qui est vraiment super, personnel très accueillant, sauna très propre. Bien fréquenté. Passage au toilettes, vous aurez compris pourquoi, passage au bar, pour un dernier café, puis au vestiaire et retours au parking. Il n'est pas tard vers environ 19 heure, c'est direction la place Clichy. Arrivée sur les lieux toujours en compagnie de ma protégée qui commence à avoir un petit coup de fatigue et nos estomacs à crier famine. La MDT> ouvre à 22 heure on à le temps de remédier à tout ça, y compris soigner notre maquillage


Episode N° 3 : A la MDT (Maison du Travesti)

C'est ma première sortie en ce lieu mythique, très connu des transsexuels et travestis de la capitale. Un lieu que toute travestie ce doit de connaître. Là, règne le raffinement dans le travestissement. On entre, passons à la caisse, au vestiaire, et petit tour à la loge pour parfaire le maquillage. Puis nous avons accès à la sale du bar. D'entrée je reconnais une travestie rencontrée aux soirées de Prisca. Nous prenons place à la même table et on papote de choses et autres. Pour nous réchauffer un peu et nous mètre dans l'ambiance nous commandons trois wyskis. Le temps passe, la petite salle se peuple, arrivent des transsexuelles, des travesties, et quelques hommes. Tout ce monde semble bien ce connaître. Des bisous par ci des bisous par la. Madame Christine fait son apparition, et viens faire la bise à tout le monde. L'ambiance musicale fait son effet, sa dance, sa papote, sa bois. Ma copine et moi recommandons chacune un wiski, on décide d'aller visiter le sous sol. Une vaste pièce un peu sombre, et de nombreux coins câlins équipés de banquettes et de lits, c'est très confortable. Deux ou trois travestis y sont déjà installées, et quelques hommes passent et remonte au bar. (Peut être pas asses chauds). L'un deux est venu s'asseoir à côté de ma copine, qui n'hésite pas à l'entreprendre. Moi je m'allonge sur un lit voisin en l'attente d'un chevalier servant. Le temps passe, et rien ne viens. Je remonte chercher un autre Wiski, et reviens occuper ma place. Il y à en fait très peu de monde en bas. Et il si passe pratiquement rien. Dans la salle du haut une très belle travestie présente son show et se présente en différents personnages. Un homme qui à l'air un peu fatigué, sans doute par ce qu'il à bus, s'approche de moi, me caresse les jambes, je tends ma main vers sa braguette lui caresse le sexe, qu'il ne tarde pas à extirper de son pantalon. Et j'entame une fellation avec application. Il bande mou, il est vraiment fatigué. Comme les effets de ma bouche sur son sexe n'améliorent pas l'état de celui-ci, je laisse tomber. Je commence moi aussi à ressentir la fatigue de ce périple Parisien. Ma copine qui s'amuse toujours avec le même mec, commence elle aussi à éprouver un peu de lassitude. Je lui fais signe qu'il est tard, et que c'est l'heure, d'aller vers d'autres lieux. On remonte, on récupère nos fringues au vestiaire (Manteaux) bise à Christine, et on rejoint la voiture garée à une centaine de mètres.

La MDT ce soir c'était un soir sans sexe, ce qui peut arriver en tous endroit, ce qui n'enlève rien au côté convivial, et festif de cet établissement, dans le quel je reviendrais très volontiers.

Je fais chauffer la voiture, il doit être vers les Trois heures du matin, je décide de faire un saut rue de Suresnes en quittant Paris. La place ou je me gare habituellement est occupée par une travestie qui tapine, elle remonte vers le rond point Dauphine lorsque je passe devant elle. Bon on arrive elle s'en va ? Je ne comprends pas très bien ce manège. Je vais jusqu'au rond point au bout de la rue, et remonte vers dauphine, puis je fais demi tour pour essayer de venir me garer la ou je suis habituellement. Même scénario, j'arrive elle par donc Je me gare. La voila qui rapplique sournoisement de l'arrière de ma voiture, s'avance à la portière et m'ordonne très méchamment de dégager ici c'est sa place on à rien à y faire. Elle se plein qu'on vient lui casser son travail

- Dégagez ou je vais m'énerver !! (Bon du calme, j'ai jamais vu une telle agressivité)

J'essaye de lui dire que je suis sur la voie publique et que je veux me garer pour dormir. Mais elle écoute rien et persiste dans ces menaces. (Bon si j'insiste la situation vas dégénérer, c'est la nuit pas beaucoup de circulation). Je quitte les lieux. J'avais été il y à quelques mois, prévenue par une travesties rencontrée a une soirée Prisca qu'il y avait la une pro du Magreb particulièrement agressive et dangereuse, pas présente toutes les nuits.

- Conclusion le Bois de Boulogne change de physionomie, pas en bien, ne jamais y aller seule de nuit comme de jour. Si le secteur de la rue de Suresnes était un lieu de drague ou je suis souvent allée, sans risques, un lieu de rencontres libres et non vénales, il en est tout autre actuellement. Le bois de Boulogne est finalement en période de crise un lieu peu recommandables tant pour les travestis amateurs que pour les mecs en quête de sexe. Les risques d'agression physique y sont réels pour les travestis que nous sommes, (surtout ne pas y aller seule), arnaque, vols etc. pour les hommes.

Tout est réel, sauf en partie la baise NO KAPOTE qui n'est que pure fiction, c'était tel que écrit mais avec préservatif.

Contacter l'auteur

 

 



23/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 723 autres membres