Claudia de Saint Amant

 
Claudia de Saint Amant

€ Récit Dans un ciné x

  Un jour, je vais dans un ciné x, à PARIS, je m'installe au premier étage, au dernier rang tout au-dessus. Dans la demie obscurité de la salle, je retire mon survêtement, j'ajuste ma perruque blonde, et me voila travesti, bas noirs, porte jarretelles, mini jupe latex noire moulante, remonte seins, et ti-short noir manches mi longues. Pour compléter le tout, je sors de mon sac mes chaussures noires à hauts talons hauts et les mets. J'ai les fesses nues sous ma jupe, pas de string pour la circonstance.

 

  Le film est bon, Bien sur j'espère que quelqu'un va s'assoir à coté de moi. Arrive un type quelconque qui vient effectivement s'asseoir juste sur le siège à coté. Moi je fais semblant de rien, Je sens vite sa main qui caresse doucement ma jambe, puis remonte vite sous ma jupe. J'écarte un peu les cuisses pour lui faciliter la tache, il me caresse doucement la bite pendant quelques minutes, puis s'interrompt et sort sa queue de son pantalon. Une belle grosse bite en jaillit. J'en avais rarement vu d'aussi grosse, ni d'aussi attirante. Je suis comme fasciné par sa queue. Doucement mais fermement, il appuie sur ma nuque et attire ma bouche vers son gland. L'instant est magnifique. Ma bouche s'entrouvre naturellement et sa tige m'envahit et me remplit d'extase, je n'ai qu'une envie, le sucer, le pomper, sentir et sentir encore sa queue toute dure dans ma bouche, agiter ma langue autour. Je m'excite sur sa queue, je me sens véritablement femelle. Au bout de quelques minutes, il me fait relever. Nous sommes toujours seuls dans cette partie de la salle. Il se place derrière moi, remonte ma mini jupe, je sens sa queue dressée entre mes fesses. Il passe ses mains par devant sous mon ti-short et me pince les tétons. Mon cœur cogne à tout rompre dans ma poitrine l'excitation est a son comble, j'en suis toute tremblante, mes fesses frétille. Il me fait plier en deux sur le siège avant. Je vois du coin de l'œil qu'il s'assied, le visage juste devant mes fesses qu'il écarte de ses deux mains. Je sens rapidement sa langue sur mon petit trou. Je suis déjà au-delà de ressentir toute gène, et je gémis déjà comme une petite pute. Quelques instants après, je sens un doigt puis deux qui s'ajoutent à sa langue. Il me lime patiemment jusqu'à ce que mon anus s'assouplisse et s'épanouisse sous la caresse. Il mouille abondamment de sa salive mon petit trou, à ce moment il se relève et appuie son gland contre mon anus. Beaucoup de choses me passent par la tête, mais une phrase résonne : JE VAIS ME FAIRE BAISER PAR UNE GROSSE BITE!

 

  L'excitation que j'en ressens l'emporte sur le reste. Lentement il appuie, de plus en plus fort. Ce n'est pas le meilleur moment. Son gland force mes entrailles, ça brule, ça force. Brusquement, je sens comme un obstacle qui cède, la douleur est forte mais supportable et  me laisse essoufflée. Quelques secondes dans les vaps et puis je le sens aller et venir dans mon cul. Il faudra quelques minutes pour que je commence à apprécier. Et puis le plaisir vient, cérébral et physique. Que c'est bon de se faire sodomiser. J'en redemande, je souhaite qu'il ne s'arrête pas. Il me traite de tous les noms et j'adore. Puis il ralentit, se contracte et me lâche son jus dans le cul, drôle de sensation que ce liquide chaud que je sens dans mon fondement. J'aime bien, et j'en redemande.

 

  Pendant nos ébats deux autres mâles sont venus s'installer prés de nous et se masturbent, je mate leur bites, des que mon premier partenaire c'est retiré, je saute littéralement sur la première bite qui se trouve à ma portée et commence à la pomper goulûment, l'autre type passe derrière moi et me sodomise à son tour sa bite est moins grosse, et vas et vient sans peine dans mon anus dilaté et maintenant bien lubrifié, à un rythme très rapide, me faisant gémir de plaisir, il arrête son va et vient, son dard enfoncé bien à fond dans mon trou, il décharge sa semence en gémissant, puis il se retire, le troisième prend sa lace et après m'avoir longuement limé le cul, lui aussi décharge sa semence, je sent son jus tout chaud gicler en moi en abondance.

 

  Le jus dégouline de mon anus, je le sent couler entre mes fesses, que c'est bon et terriblement excitant cette sensation de se sentir femelle, pute, salope possédée, d'offrir ainsi ces fesses à des mâles, de recevoir dans ces entrailles leur jus, se sentir ainsi remplie au plus profond de soi même, et au moment de la jouissance de ces males ne faire qu'un lorsque ils sont ainsi planté en soi

 

Claudia

 

 Ces faits datent de l'époque ou le préservatif n'était utilisé qu'a des fins de contraception, les risques n'étaient pas plus élevés que de nos jours.

 Je ne tiens pas pour autant à encourager les pratiques sexuelles non protégées, il appartient à chacun ou "chacune" de savoir les risques qu'il  prend. Plus particulièrement en connaissance de cause ne pas contaminer ses partenaires.

 

 Contacter l'auteur

 

 

 

   

 

    

 



14/02/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 723 autres membres