Claudia de Saint Amant

 
Claudia de Saint Amant

€ Récit Rencontre à l'hôtel 1

 

Je te sollicite pour que tu ferme un peu les rideaux, tu te lève en me tournant le dos, je m'approche de ton corps par derrière, je t'entoure de mes bras, et frotte mon corps contre le tiens, en défaisant ta ceinture, je fais glisser ton pantalon sur tes pieds, je déboutonne ta chemise et découvre un dos splendide.

 

Du bout des doigts tu caresse la pointe de mes seins de haut en bas, j'enlève ton boxer, écarte un peu tes jambes et glisse une main sur tes bourses.J'amorce un va et vient à ton phallus tendu comme un arc, puis m'écarte de toi.

 

Je te prends la main et te guide vers le lit. Je m'agenouille devant toi et écarte doucement tes cuisses, je caresse tes genoux, tes cuisses velues, ton phallus, tes couilles gonflées, je prends délicatement ta queue dans mes mains et les fais glisser le long de ton pieu tout en décalottant ton gland, ma langue vient titiller celui-ci, énergiquement puis doucement, je tourne ma langue autour de ce gland magnifique, je passe mes mains sous tes couilles pour les empoigner, un doigt tendu pour caresser légèrement l'entrée de ton anus, Ta belle pine gonfle se tend magnifiquement, le plaisir est là, je le sens dans ma main, elle est belle je la suce de nouveau comme un dessert que j'aurais spécialement apprécié et dont je lècherais les dernières miettes. Je te regarde et lis dans tes yeux que tu me supplie de continuer, tu veut assouvir ce désir intense qui te prend jusqu'aux entrailles, tu souffre car ton envie est trop grande, je te glisse à l'oreille « maintenant à toi de t'occuper de ma fleur, je veux que tu fasse tout ce dont tu as envie avec elle, je veux que tu me rendes folle d'excitation ».

 

N'y tenant plus, tu me retourne, tes mains s'agrippent à mes hanches, tu appuie sur mon dos pour me pencher en avant. Cambrée intensément excitée, je présente à ta vue, mes fesses,  nerveusement et d'un coup tu plonge ton phallus dans ma grotte, il y est planté jusqu'aux couilles. Tu le retire, et le replonge, là cette fois tu reste planté, encré, soudé à mon corps, on ne fait plus qu'un, tu  te déverse en moi, tu me saillie, une substance douce et chaude vient gicler dans mon bas ventre.....,    l'excitation était trop forte.....

 

 

Tu retire ta queue, la hampe imprégnée de sperme, je me retourne et viens faire courir mes lèvres sur ta verge encore tendue. Du bout de la langue je récupère le  délicieux nectar que j'avale.

 

 

Soulagé tu me quitte en me promettant, d'être moins rapide la prochaine fois.

 

 

 


25/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 723 autres membres